Elizabeth
1 7 3
3

Elizabeth

G.-B. 1998. Drame historique de Shekhar Kapur avec Cate Blanchett, Geoffrey Rush, Joseph Fiennes. Au XVIe siècle, l'apprentissage du pouvoir par la reine Elizabeth, dans une Angleterre déchirée par les conflits religieux. Faits racontés de façon souvent saisissante. Rigueur historique discutable. Réalisation fougueuse et âpre. Illustration fastueuse. Composition inoubliable de C. Blanchett.

Elizabeth
Ajouter à ma liste Imprimer

Genre : Drame historique
Durée : 121 min.
Réalisation : Shekhar Kapur
Scénario :
Photographie : Remi Adefarasin
Musique : David Hirschfelder
Montage : Jill Bilcock
Pays : Grande-Bretagne
Distributeur : FunFilm
Interprètes : Cate Blanchett
Geoffrey Rush
Joseph Fiennes
Christopher Eccleston
Richard Attenborough
Fanny Ardant
Vincent Cassel
Éric Cantona
Récompenses

Au milieu du XVIe siècle, l'Angleterre affaiblie est en proie aux querelles religieuses. A la mort de la reine catholique Marie Tudor, sa demi-soeur protestante Elizabeth lui succède. Efficacement secondée par son maître espion Walsingham, la jeune reine apprend les rudiments du pouvoir, tout en cherchant à déjouer les complots du puissant et très catholique duc de Norfolk. Par ailleurs, bien que déjà amoureuse de Lord Robert Dudley, Elizabeth est pressée par son conseiller Cecil d'épouser soit le roi d'Espagne, soit le duc d'Anjou, afin de conforter son pouvoir.

L’avis de Mediafilm

Le réalisateur indien Shekhar Kapur, l'auteur du brillant Bandit Queen, trace un portrait de la célèbre souveraine résolument à contre-courant de l'imagerie traditionnelle d'une femme austère et sans passion. Son Elizabeth est au contraire très féminine et d'une grande vitalité, tout en faisant montre d'une grande force de caractère, indispensable à toute femme devant régner dans un monde d'hommes. Une vision féministe somme toute assez crédible sur le plan historique. On ne peut en dire autant de l'ensemble du film, qui prend de grandes libertés avec la chronologie et les faits, le récit semblant se dérouler en l'espace de quelques semaines, alors que les événements décrits couvrent en réalité une période de plus de quinze ans. De fait, les auteurs tendaient plutôt vers la formule plus accessible du thriller politique mâtiné d'intrigues sentimentales. En ce sens, il s'agit d'un drame fort efficace illustré avec faste et bien servi par une réalisation faite d'âpreté et de fougue. Entourée de comédiens chevronnés, Cate Blanchett compose avec un mélange de charme et de force une inoubliable Elizabeth.

Texte : Louis-Paul Rioux

Revue de presse

La guerre des sexes

(...) tout est centré sur les personnages, laissant pour compte les liens qu'ils doivent tisser. En résulte un film solennel aux acteurs inspirés mais isolés.

Amour and High Dudgeon in a Castle of One's Own

Acknowledging the influence of "The Godfather" on a film that includes its own climactic bloodbath montage, Kapur and the screenwriter Michael Hirst make spectacle their priority, often at the expense of fact.

Représentation inégale

Soigneusement académique, envahi de choeurs en latin hors de propos, le film ressemble à un ennuyeux colloque international.

THE GODFATHER of women

This richly entertaining saga is accessible enough to go beyond upscale crowds and possibly find wider appeal.

Commentaires

L'infolettre de Mediafilm

Pour être tenus informés des sorties de films, toutes plateformes confondues, rien de mieux que l'info-lettre de Mediafilm. Abonnez-vous. C'est gratuit!

Le film de la semaine
Cote Mediafilm () Nomadland Nomadland
Mediafilm

É.-U. 2020. Drame de Chloé Zhao avec Frances McDormand, David Strathairn, Linda May.


Au chômage depuis la fermeture de sa ville minière du Nevada, une veuve sexagénaire adopte un mode de vie nomade, en parcourant le pays à bord de sa camionnette et en trouvant de petits boulots temporaires à chacune de ses haltes.

Vous avez besoin de IE 8+ pour visualiser cette page!